On peut découper le franchissement d'un obstacle en 6 phases; c'est très utile pour faire une remarque ou donner un conseil.

La phase d'abord, ou battue des antérieurs, est la dernière foulée avant le saut. La monture se prépare à changer son équilibre, tandis que le cavalier l'y aide (en fonction de son niveau) et regarde loin devant (il n'est pas bon de regarder l'obstacle, le cheval se fixant sur votre position du corps, vous lui indiquez de stopper devant !). C'est en général à ce moment que les chevaux profitent de la tension du cavalier ou des mauvaises conditions d'abord pour refuser l'obstacle.

phase_saut_1

La battue d'appel, ou battue des postérieurs, est le moment où le cheval ammène ses postérieurs sous lui. Ses hanches s'abaissent pour porter son poid.

mai_2010_cso_141

Lors de la détente, ou phase ascendante, le cheval lève son avant-main, se propulse avec les postérieurs et commence son saut.

phase_saut_2

Le planer est la phase la plus photographiée: on a l'impression que cheval et cavalier volent au-dessus de l'obstacle !
Plus les obstacles sont hauts, plus cette phase dure longtemps, raison pour laquelle elle n'existe pratiquement pas sur les petites hauteurs.
Le cheval s'étend, encolure vers l'avant, le cavalier suit l'allongement de l'encolure avec ses mains et son buste penché vers l'avant, en équilibre sur ses étriers.

cso_colombier_2

Lors de la phase descendante, le cheval amorce sa descente. Pour celà il tend ses antérieurs et passe fortement l'arrière-main au-dessus de la barre. De nombreuses fautes se font à ce moment, les postérieurs ne passant pas à cause d'une mauvaise propulsion (faute du cavalier, cheval "en roue libre", précipitation...) .

cso_colombier

A la réception, le cheval retombe sur le sol, les antérieurs en premier. Son poid et celui du cavalier sont supportés uniquement pas ces deux membres. Ainsi les obstacles de grosses hauteurs sont assez éprouvants pour les tendons. Mais rassurez-vous: les meilleurs mondiaux sautent peu des hauteurs énormes et seul le record mondial pourrait réellement blesser un cheval.
Durant cette phase le cavalier redresse son buste et engage la bassin vers l'avant, toujours en équilibre, pour être le moins secoué possible, aider le cheval à se redresser aussi et préparer le saut suivant (équilibre, impulsion, trajectoire,etc).

grand_ordi1_041

grand_ordi1_042

Durant tout le saut, les mains du cavalier accompagnent la bouche de sa monture pour ne pas la géner. Trop en arrière elles empêcheraient le cheval de s'étendre au-dessus de l'obstacle et donc de s'équilibrer, avec un risque de lui "arracher 3 dents", lui faire mal au dos,etc. Parfois même il tombe littéralement dans l'obstacle !
Mais trop en avant, le cheval va se retrouver "dans le vide", avec le soutient de la main qui disparaît. Le cheval est déséquilibré vers l'avant et le bas, il risque de refuser ou de faire tomber l'obstacle.

_quisud_CSO_5